AccueilPortailFAQRechercherS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Lady Grant — Sénatrice de Coruscant [v]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Lady Grant
Nouveau
avatar


Feuille de personnage
Crédits: 200

MessageSujet: Lady Grant — Sénatrice de Coruscant [v]   Mer 25 Jan 2012 - 19:28

IDENTITÉ & INFORMATIONS GÉNÉRALES

Nom & Prénom(s) : Jheelian Grant, dite «Lady Grant».
Sexe : Féminin.
Âge : Trente-quatre ans.
Race : Humaine (Hapienne).
Planète d'origine : Hapès.
Groupe : Politiciens.
Métier : Sénatrice de Coruscant.
Opinion(s) politique(s) : Républicaine convaincue. Fervente défenseuse des institutions fédérales. Semi-partisante du COMPOR, pour une République plus puissante, solidement établie, avec un exécutif fort et affirmé, sans pour autant souhaiter la naissance d’une dictature. A de la sympathie pour la faction des Mondes du Noyau, étant notamment proche du Sénateur Bail Organa d’Aldéraan. Considère le groupe des 2000 comme un groupe lâche et sans importance.


DESCRIPTION

Psychologie : Une belle ordure selon certaines personnes, une femme purement professionnelle pour d’autres. Il est peu aisé de faire une description approfondie de la psychologie tortueuse de la Sénatrice. Tantôt polie, tantôt intimement vulgaire, on ne sait jamais sur quel pied danser pour lui complaire. Un caractère si difficile a cerné qu’un de ses amis s’est plu à en faire une analyse détaillée. Il s’agissait d’un docteur en psychologie, ami de longue date de Jheelian. Celle-ci avait accepté d’être, durant un temps, la cobaye de l’analyste. Fort heureusement, les recherches sont gardées secrètement par la concernée, celles-ci n’ayant pas vocation à être publiées.

« Il est ressorti de cette étude que la psychologie de la patiente était relativement complexe de prime abord, et qu’elle révélait un nombre impressionnant de défauts. Les qualités, quant à elles, s’inscrivaient dans la continuité d’un caractère linéaire et rigide (…). »

Jheelian n’est pas une personne que l’on apprécie au premier contact. Froide et distante, on remarque bien vite qu’elle tente de mettre une barrière infranchissable entre elle et ses interlocuteurs. Jamais quelqu’un ne lira en elle comme dans un livre ouvert et elle démontrera à chaque instant qu’elle est d’une désobligeance déconcertante. Elle reconnait volontiers être une «amie» pitoyable et elle conçoit parfaitement que son comportement exaspère chacune de ses connaissances. Pour autant, jamais elle ne changera, car c’est ce qui forge son charme mystérieux. Son intelligence largement supérieure à la moyenne marque sa différence profonde avec le commun des mortels et Jheelian prend toujours un malin plaisir à étaler ses connaissances, aussi moqueuse qu’elle puisse être, non sans renier ce côté pédant que tant de personnes répudient. Son intolérance viscérale pour la frivolité et la plaisanterie familière l’empêche de pouvoir nouer de très bonnes relations avec des idiots, préférant rester éloignée des sources de problèmes et d’étourderies.

Outre sa réputation de femme réservée et colérique, elle est également connue pour son austérité hallucinante. Son caractère sévère aux principes rigides ne lui vaut pas les meilleures opinions à son égard, bien que ses collaborateurs – car on ne peut décemment pas parler d’amis – saluent son inflexibilité qui démontre sa loyauté à toute épreuve. C’est bien là l’une des seules raisons qui poussent ses partisans à lui vouer une confiance aveugle. Car même si elle est totalement imbuvable, vaniteuse et bêcheuse, Jheelian brille par ses capacités hors du commun, ses connaissances impressionnantes et son professionnalisme poussé à l’extrême. Une Sénatrice des plus atypiques qui n’a jamais failli à son devoir depuis qu’elle a intégré les rouages du monde politique et qu’elle s’est hissée au sein de la rotonde. On ne lui connait pour le moment aucune erreur de parcours – si c’était le cas, elle aurait tôt fait de camoufler cela en faisant jouer ses relations – et certains de ses associés politiques prennent bien souvent sa défense face à ses détracteurs.

Mais que serait une description psychologique de Jheelian sans cynisme ? L’énergumène ne déroge pas à la règle et se révèle être une personne au mode de pensée qui diffère littéralement du reste de la population et de la morale établie. Se complaisant dans un délire personnel à rejeter toute idée préconçue et généralisée, notre Sénatrice s’adonne à tinter ses paroles d’humour noir, de mordant et d’une ironie presque mesquine. Passionnée, cette cynique se montre également d’une mauvaise foi déroutante, à tel point qu’elle ne se remet jamais en cause et s’arrange constamment pour détourner les soupçons de sa personne prétentieuse et arrogante. Cette attitude s’explique aussi par sa pleine confiance en son travail et en ses convictions républicaines et fédéralistes.

Toutefois, il est à noter que malgré ces défauts exacerbés, Jheelian est une être particulièrement polie et extrêmement habile dans ses paroles, si bien que ses interlocuteurs se retrouvent parfois décontenancés par sa faculté à casser tout en finesse. De nature méfiante, elle est connue pour être sage et réfléchie. Ces qualités sont inhérentes à son âge, à son expérience de vie et à toutes les situations auxquelles elle a dû faire face. Deux traits de caractère plus qu’importants au sein de la politique qui permettent de compenser la fougue et l’imprudence dont fait parfois preuve la nouvelle jeunesse diplomate. D’ailleurs, ces aspirants sont souvent impressionnés de l’impartialité et de l’intransigeance de la Sénatrice. Jamais celle-ci n’accepte de compromis et tranche toujours en faveur de la justice et des institutions républicaines. Pour elle, la rébellion n’est pas une nécessité sociale et les autorités étatiques sont les seules à même de régner. Marginale dans l’âme, elle sait se montrer aussi despote qu’un dictateur, sans tomber dans l’extrême, prenant des décisions parfois sans se soucier de l’avis de ses comparses. Cependant, bien qu’elle fasse preuve d’autorité, voire d’autoritarisme, il n’est aucunement question pour Jheelian de se dire idéaliste. C’est un être rationnel et pragmatique qui sait pertinemment quels objectifs sont réellement atteignables.

Opiniâtre dans sa lutte républicaine, elle s’évertue à être le pire cauchemar des séparatistes et des opposants au régime, autant ceux qui réclament une dictature pure et dure que ceux qui réclament une démocratie plus souple. Le peuple a une voix ; elle doit toutefois être restreinte pour le maintien de l’ordre.

Apparence physique :
    Peau : Blanche
    Cheveux : D’une blondeur éclatante
    Yeux : Céruléens
    Taille : Un mètre soixante-douze
La Sénatrice vous observe de ses yeux céruléens, son regard empli de détermination. À en juger par son apparence et son attitude, vous devinez bien vite qu’il s’agit là d’une femme expérimentée. Sa chevelure domptée est blonde, clairsemée de reflets dorés. Prêtant attention à son apparence, elle cherche à attirer les regards sur elle, ses origines hapiennes l’embellissant naturellement. Son nez est aquilin et ses traits durs, ceux-ci témoignant de son fort caractère. Sa bouche est fine et ses lèvres ourlées sont rosées. Jheelian est de taille moyenne pour une humaine et arbore le plus souvent des habits d’apparat semblables à des uniformes militaires, en tissu noble, marquant davantage sa silhouette élancée. Lorsqu’elle s’avance vers vous, vous remarquez très nettement que ses mouvements sont gracieux et légers, héritage précieux de son ascendance.

Intérêt(s) : La politique, les intrigues, la culture contemporaine, la connaissance, le bon vin, les mets délicats, l’agitation des grandes villes, le pouvoir.

Répulsion(s) : Les opposants au régime républicain, les inactifs, les idiots, l’inculture, la criminalité, les craintifs et ceux qui ne se risquent pas à faire élever leurs voix.

Inventaire :
    - De multiples habits d’apparat
    - Un bâton assommant Z2 camouflé en simple baguette qu’elle porte constamment dans la main
    - Un fouet neuronique accroché à sa ceinture
    - Un pistolet blaster de Sport Defender dissimulé dans l’une de ses hautes bottes
    - Un transport Crescent non modifié pour ses voyages diplomatiques


BIOGRAPHIE

Hapès, magnifique planète à la flore riche et à la faune variée, d’abord colonisée par des pirates puis sécurisée par les Jedi de la République. Une monarchie matriarcale succéda au diktat des hommes, le pouvoir des femmes devenant de plus en plus important. Elles mirent à mal l’honneur de la gente masculine et réduisirent les hommes au rang de simples géniteurs. La devise nationale ne dérogeait d’ailleurs pas à la règle et l’on entendait souvent scander dans la capitale «ne laissez jamais un homme croire qu'il est l'égal d'une femme, il ne fait que la mener à sa perte». Bientôt, un Consortium vit le jour, sous l’impulsion des puissantes et influentes Reines-Mères d’Hapès qui défilaient à la tête de la planète. Dès lors, les femmes hapiennes furent connues à travers toute la galaxie pour leur beauté et leur détermination sans faille.

Jheelian fut élevée selon les traditions d’Hapès. Pour sa mère, membre d’une famille riche et régnante, la politique prenait une place importante au sein de la société. L’éducation de chaque enfant était basée sur celle-ci et on leur apprenait l’art de la rhétorique, du prestige et de la manipulation dès leur plus jeune âge. C’est ainsi, alors que Jheelian n’était à peine âgée de dix ans, qu’elle fut initiée aux joutes verbales – à noter que ces joutes étaient parfois d’une rare violence. Selon les femmes régnantes, elle devait apprendre à se défendre par les mots, subtilement, et savoir tenir un discours argumenté pour électriser les foules et captiver ses interlocuteurs. Sa mère prévoyait de l’envoyer, dès sa majorité atteinte, à Coruscant, dans la plus célèbre université de droit et sciences politiques de toute la galaxie. Même si les places étaient chères, la maternelle vouait toute son énergie à ce que sa fille réussisse et brille dans son avenir dans les arènes sénatoriales. Comme toute hapienne, son vœu le plus cher était de pouvoir voir un jour sa fille goûter aux joies d’un pouvoir enivrant.

C’était d’autant plus facile que Jheelian était une enfant docile. De par sa silhouette frêle et maigrichonne, elle inspirait la compassion et la bonté. Elle était perçue comme une enfant sage, bien élevée et déterminée. Jamais elle n’eut à se faire reprocher quelque chose tant elle brillait dans tous les domaines. L’acharnement de sa mère et de ses préceptrices avait payé, elles avaient fait de leur protégée une diplomate redoutable. Du moins, c’est ce qu’elles se plaisaient à dire. L’art de la manipulation était un des fondements de la société hapienne. Il était donc tout à fait normal que Jheelian fut enrôlée et obligée à commettre quelques crimes espiègles. Sa mère souhaitait voir disparaître ses opposantes, ceux en qui elle n’avait plus aucune confiance. Chaque minute qui passait, la dame n’était pas tranquille, apeurée par le fait qu’une de ses partisantes pouvaient la poignarder impunément. Elle ne s’entourait que de très peu de personnes, tant elle était devenue paranoïaque, mais cela suffisait à attiser sa méfiance. Après une petite enquête, et pour entraîner sa fille, elle lui somme l’ordre de glisser le contenu d’une étrange fiole dans le vin d’une de ses collaboratrices – qui était une habituée de la chaire sénatoriale qui plus est. Elle soupçonnait celle-ci de détourner des fonds de la société Grant de Hapès. Quoi de mieux qu’un peu de poison indétectable pour s’en débarrasser ? Car oui, chez les hapiens, l’art du crime était primordial, et il ne fallait pas user de vulgaires blasters ou vibrolames, ceux-ci dénotant un terrible manque de raffinement.

Timidement, Jheelian s’approcha de l’éminente femme, lui tendant la coupe de vin qu’elle avait demandée. Elle sourit poliment, la saluant respectueusement, avant de se diriger vers la pièce juxtaposant le salon. Elle attendit patiemment, triturant les pans de son habit d’apparat, visiblement anxieuse. Quelques minutes plus tard, l’on entendit un verre se briser et un bruit sourd. La collaboratrice était tombée à même le sol, les yeux révulsés. La mère emporta la dépouille loin de la demeure avec l’aide de Jheelian.

Et lorsque la jeune fille atteignit enfin sa majorité, elle fut comme prévu envoyée à Coruscant. L’université de droit et de sciences politiques l’accueillit avec plaisir. Elle se révéla être un bon élément et les professeurs se réjouissaient d’entretenir quelques menues conversations avec elle. Elle était charismatique, bien qu’énigmatique et froide au premier abord. Elle inspirait le respect et ses origines hapiennes intriguaient ses interlocuteurs. Tous savaient que si elle était ici, c’était qu’elle avait amplement mérité sa place.

Une fois son diplôme en poche, elle fut contactée par un politicien de la planète Jabiim, qui recherchait activement une assistante, fort de constater que son fief entretenait de très bonnes relations diplomatiques avec Coruscant. Après avoir écumé les rangs de l’université pour dénicher la perle rare, son attention se porta immédiatement sur la hapienne. Son peuple étant reconnu pour être extrêmement doué en politique et en rhétorique, l’occasion se devait d’être saisie sur le champ. C’est ainsi que Jheelian accepta sa proposition d’embauche et se retrouva aux côtés du diplomate lors des séances sénatoriales et autres assemblées. Sa soif de pouvoir grandissante, elle attendait le moment propice pour gravir un peu plus les échelons et gagner le cœur des Jabiimiens. Quelques années s’écoulèrent, durant lesquelles la jeune femme put se prononcer maintes fois à la rotonde, en l’absence de son responsable. Elle aimait son travail et la population l’avait acceptée, encouragée par les têtes influentes de Jabiim. Seulement, la soif de pouvoir et d’argent de Jheelian ne cessait de croitre. Elle avait entendu parler des conflits naissants entre Jabiim et Coruscant. Bien que sa place fût pratiquement assurée, elle savait pertinemment qu’elle se trouvait dans l’incapacité de progresser politiquement. La peste se répandait à travers les cités jabiimiennes alors que les Trandoshans et les pirates de Lythian se montraient particulièrement agressifs. La planète était littéralement au bord de l’affrontement. Coruscant prit d’ailleurs soin de ne point se soucier des problèmes jabiimiens, considérant qu’apporter son aide à une planète aussi pauvre et reculée allait s’avérer trop coûteux et bien trop dangereux. Bientôt, Jheelian devait prendre parti. Cependant, elle n’appréciait guère la façon de faire des autorités jabiimiennes, beaucoup trop laxistes et antirépublicaines à son goût. L’on entendit également parler d’une certaine organisation séparatiste montante, désireuse d’évincer la République pour apporter un nouveau souffle à travers la galaxie. Quand ces idées terroristes s’insinuèrent au sein du peuple de Jabiim, Jheelian plia bagage et remit sa démission au Sénateur.

Son voyage l’emmena de nouveau sur Coruscant, place forte de la République, comme un retour aux sources. Connue dans le monde politique pour être redoutable et expérimentée, Jheelian reçut quelques temps après de nombreux soutiens sénatoriaux, l’encourageant à se présenter aux élections coruscanties. Quand le moment fut venu, à la suite d’une campagne sénatoriale efficace mais coûteuse, elle fut hissée sur le siège tant désiré de Sénatrice de Coruscant à la rotonde, s’imposant fièrement comme un nouveau pilier républicain au sein d’un régime s’opposant bientôt aux séparatistes. Elle vécut pleinement les événements qui conduisirent la République à entrer en guerre, notamment sur Géonosis. Face aux tensions actuelles, Jheelian ne leva pas le pied et s’inscrivit de plus en plus dans une optique pro-républicaine, voire d’autoritarisme pour faire régner les autorités fédéralistes d’une main de maître à travers toute la galaxie. Arborant quotidiennement ses habits d’apparat semblables aux uniformes militaires, elle a su se montrer comme une femme forte et stratège prête à tout pour soutenir le gouvernement qu’elle sert.


INFORMATIONS COMPLÉMENTAIRES

Autre compte : Aucun.
Fuseau horaire : France.
Disponibilité : Connexion chaque soir mais RP lorsque mon temps libre me le permet concrètement (très variable donc).
Indisponibilité : Aucune indisponibilité particulière.



Dernière édition par Lady Grant le Jeu 26 Jan 2012 - 16:39, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
Courage
Professionnel
avatar


MessageSujet: Re: Lady Grant — Sénatrice de Coruscant [v]   Jeu 26 Jan 2012 - 0:56

Bienvenue donc, officiellement cette fois ci Razz.

Je lirai tout ça demain. Là il est une heure du mat' et je dois me lever dans 5h donc j'vais-o-dodo ... ^^
Revenir en haut Aller en bas
Courage
Professionnel
avatar


MessageSujet: Re: Lady Grant — Sénatrice de Coruscant [v]   Jeu 26 Jan 2012 - 22:31

Excellente fiche. Tout naturellement validée.
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Lady Grant — Sénatrice de Coruscant [v]   

Revenir en haut Aller en bas
 
Lady Grant — Sénatrice de Coruscant [v]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: Pages Indispensables :: Présentations des Personnages :: Présentations Validées-
Sauter vers: