AccueilPortailFAQRechercherS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 La revanche des Hutts

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Dax Oleysha
Expert
avatar


Feuille de personnage
Crédits: 200

MessageSujet: La revanche des Hutts    Mer 11 Jan 2012 - 16:04

Dax Oleysha
Chapitre III - La Revanche des Hutts



Tatooïne
En orbite autour de la planète - Cuirassé "Keldabe"



Une petite navette émergea de l'hyperespace. A son bord se trouve Dax Oleysha, bras droit de la Mand'alor Alexa Vizla. La menace hutt se faisait de plus en plus sentir sur Tatooïne et Dax jugea qu'il était temps de revenir sur la planète pour en préparer la défense. Les combats seront âpres et les mandaloriens sur place ne disposent que de très peu d'effectifs et matériel. Mandalore semble avoir abandonné ses hommes qui ont combattu pour conquérir ce rocher poussiéreux et Dax devra composer avec cela. Après tout, le peuple guerrier n'en est pas à sa première guerre et les situations de ce genre se sont déjà produites à maintes reprises. La radio de la navette crépita et le visage de l'opérateur radar du cuirassé Kelbabe apparu sur l'holo-écran de bord.

[Opérateur radar] - Navette mandalorienne pour Contrôle Orbital de Tatooïne. Déclinez destination et cargaison.
[Pilote navette] - Contrôle Orbital, ici navette mandalorienne. Destination cuirassé Keldabe. Nous transportons la délégation envoyée sur Coruscant. Nous vous envoyons le code d'identification.
[Opérateur radar] - Bien reçu, patientez ... ... ... Code validé, vous pouvez apponter dans le hangar principal.
[Pilote navette] - Bien reçu Contrôle, navette mandalorienne terminé.

La navette manœuvra et se posa dans un léger soupir d'amortisseurs pneumatiques sur le pont du hangar principal. Les répulseurs furent stoppés et la rampe d'accès abaissée. Des techniciens vérifiaient déjà l'intégrité de la coque de l'appareil et y branchèrent un certain nombre de tuyaux pour faire le plein, éviter les chocs électriques et évacuer les déchets. Dax sorti par la rampe et fut salué par quelques soldats. Il s'attarda un peu pour discuter avec le chef mécanicien de quart sur le pont.

[Dax Oleysha] - Su'cuy gar chef, tout se passe bien ?
[Chef] - Tout se passe bien. Il n'y a pas beaucoup d'action ici à part les contrôles de vaisseaux pirates.
[Dax Oleysha] - Et qu'est-ce que vous faites pour passer le temps ?
[Chef] - On vérifie les systèmes du vaisseau. Le Keldabe est le premier cuirassé sorti des usines de MandalMotors et tous les composants ne sont pas encore opérationnels. Rassurez-vous, les systèmes de survie, l'armement, l'hyperdrive et les boucliers sont en état de marche. Il y a surtout des petits bugs dans les programmes informatisés du vaisseau, les techniciens travaillent déjà dessus.
[Dax Oleysha] - Tout cela est parfait chef. Les chasseurs sont opérationnels ?
[Chef] - Pour la majeure partie oui. Le problème c'est que l'on manque de pilotes ou même de tout autre personnel qualifié. Après tout, cela fait des siècles que nous sommes mercenaires et plus une armée à part entière.
[Dax Oleysha] - Je vais m'arranger pour que cela change. Je vous laisse, je suis pressé par le temps.

Dax laissa le chef à ses occupations et prit la direction de la passerelle de commandement. Le trajet prit quelques minutes, le Keldabe est un très grand vaisseau. La porte du turbo-élévateur s'ouvrit et Dax pénétra dans la pièce. Un soldat de garde annonça "officier sur le pont" et tous se mirent au garde-à-vous. D'un geste de la main, il les invita à retourner à leur travail. le commandant du vaisseau s'approcha du jeune mandalorien.

[Cmdt. Mak Tarvis] - Commandant Mak Tarvis. Que nous vaut l'honneur de votre visite à bord du Keldabe ?
[Dax Oleysha] - La guerre j'en ai bien peur. Nos informateurs sur Nal Hutta nous ont informé que les hutts se mettent en place pour reprendre Tatooïne.
[Cmdt. Mak Tarvis] - Eh bien ! ce n'est pas trop tôt.
[Dax Oleysha] - Ne vous réjouissez pas trop vite, il semble que Mandalore nous laisse nous débrouiller seuls sur ce coup là.
[Cmdt. Mak Tarvis] - Mand'alor ne nous envoie pas de renforts ?
[Dax Oleysha] - Mand'alor ne donne pas signe de vie donc ...
[Cmdt. Mak Tarvis] - Fierfek !
[Dax Oleysha] - A nous de nous débrouiller donc. Je viens de voir le chef et il m'a confié que le vaisseau n'est pas encore opérationnel à 100%.
[Cmdt. Mak Tarvis] - 95% des systèmes sont opérationnels.
[Dax Oleysha] - Bien, faites en sorte que le Keldabe soit opérationnel le plus rapidement possible. Vous serez en première ligne quand les hutts attaqueront.
[Cmdt. Mak Tarvis] - Les hutts ne possèdent que du matériel rustique.
[Dax Oleysha] - Mais ils en ont beaucoup et il ne sera pas difficile de submerger ce vaisseau. Vous résisterez le plus longtemps possible, vous intercepterez le plus de vaisseaux que vous le pourrez mais si cela chauffe trop, vous partirez en hyperespace direction Mandalore.
[Cmdt. Mak Tarvis] - Et vous laisser seuls sur la planète ? Pas question !
[Dax Oleysha] - C'est un ordre commandant, rendez-nous service et pourrissez-leur la vie avant qu'ils n'atteignent la surface. Une fois sur Mandalore, vous tenterez d'obtenir des renforts.
[Cmdt. Mak Tarvis] - Il sera fait selon vos désirs.
[Dax Oleysha] - Contactez Mandalore dès maintenant pour les informer de notre situation. Peut être que des mandaloriens viendront nous aider. Cela sera le cas de mes francs-tireurs. Cela ne fait que cinquante hommes mais qui peuvent faire la différence. Je me rend sur la planète. Bonne chance ner vod.


Deux heures plus tard
Mos Eisley - Salle de conférence de l'astroport



Une petite troupe de mandaloriens étaient rassemblés dans l'une des salles de conférence de l'astroport de Mos Eisley.
Revenir en haut Aller en bas
Avenir
Administrateur
avatar


Feuille de personnage
Crédits:

MessageSujet: Re: La revanche des Hutts    Ven 1 Jan 2016 - 18:59


Un nouvel espoir sur Tatooine ?

Jabba était mort, une époque se consuma avec lui. Mais le milieu criminel s'adaptait et détestait le vide. Après tout, l’ex Jabba Desilijic Tiure n’était ni le premier, ni le dernier à tomber. L'ex boss de Tatooine était redoutable : il tenait sa planète, avait des mouchards partout et pouvait éliminer n’importe quel gêneur s’il le voulait - et il le fit par maintes fois - sans préavis. L’organisation politique de Tatooine en elle même s’apparentait à un domaine féodal : Jabba n’était en fin de compte que le garant de la stabilité de son gang et dirigeait ses vassaux d’une façon tranchée, parfois expéditive.

Mais une chose inhabituelle se produisit : ce même Jabba fut éliminé par des éléments a priori étrangers au monde du crime : les Mandaloriens. Mercenaires ou fee-lance, les guerriers du Mandalore avaient acquis depuis des millénaires un code d’honneur ascétique. Bien entendu, cela ne les empêchait pas d’arrondir leurs fins de mois en travaillant ponctuellement pour des caïds du milieu, notamment pour les Cartels Hutts.
Mais un équilibre existait entre les deux mondes : les Mandaloriens touchaient leur argent, faisaient les besognes, mais ne se regroupaient jamais pour constituer un syndicat ou quoi que ce soit d’autre pouvant faire "concurrence."
Cet équilibre était désormais rompu depuis la prise de contrôle de Tatooine par les guerriers Mando’ades.



Tatooine vécut une année sous la coupe des Mandaloriens jusqu’à aujourd’hui.
Le milieu criminel n’avait certes pas disparu, mais désormais une justice presque formelle était rendue non pas selon les lois criminelles, mais en fonction des préceptes du Resol'Nare et plus généralement du Dar’manda.
Un système judiciaire coutumier, fiable et homogène se diffusa. Quiconque n'en respectait pas son contenu subissait le courroux des nouveaux maîtres de Tatooine.

Guerriers craints et respectés, les Mandaloriens forcèrent le milieu à s’adapter. Les aruetiise (au sens de ennemi) furent éliminés. Tandis que la population des villes accueillit plutôt favorablement l’arrivée de nouveaux "boss" adeptes d’une éthique dans la conduite des affaires. La criminalité apparente – règlements de compte – diminua mais continuait encore d’exister. Elle empoisonnait la vie des habitants du rocher sous d'autres formes.

Au bout de quelques mois, de nombreux Aruetiise (au sens de non-Mandaloriens cette fois) voulurent s’engager dans les rangs des Mandaloriens. Le prestige des guerriers, leurs armures, et le respect qu’ils inspiraient leur firent gagner une popularité non négligeable. Beaucoup de démunis se portèrent candidats, certains le devinrent. Le Soft Power Mando’ade prit racine, surtout après la conclusion d'un accord avec la République, promettant denrées et médicaments.

Bientôt, Tatooine devint légèrement plus fréquentable, soit un lieu de transite relativement sécurisé. Les nouvelles circulaient vite dans la Bordure Extérieure. Mais c’est au sein de l’Hégémonie Hutt que les rumeurs et récits édulcorés prirent leur plus grande force. On chuchotait parmi les esclaves que Tatooine avait été libérée par les Mando’ade. L’esclavage aboli. L'égalité instaurée. Une image de la réalité très biaisée, mais flatteuse pour ceux à qui elle était destinée.

Néanmoins, cette réalité, quelle que soit sa nuance, dérangeait. Les Cartels Hutts avaient toléré la mort de leur congénère pourvu que le système se maintienne et que les chefs touchent leurs parts. Mais visiblement les hommes du Mandalore ne l’entendaient pas ainsi. Tant pis pour eux, pensait déjà un Hutt devenu puissant. Tatooine allait subir un raid punitif, les Mandaloriens devront partir... ou périr.




Les parrains Hutts en pleine discussion

Ce Hutt à priori téméraire, c'était Boorka. Un parrain qui tenait à l'origine la modeste ville de Mos Osnoe. Mais beaucoup plus subtile et discret que son rival désormais dans l'au-delà, Boorka le Hutt était désormais seul représentant des Cartels sur Tatooine. Pour lui, les Mandaloriens représentaient une opportunité qu'il fallait exploiter, en deux temps.
Tout d'abord, le Hutt fit profile bas devant la domination Mando'ade, mais au même moment il mit en place ses pions dans le milieu fractionné depuis le vide laissé par la mort de Jabba. Boorka ne perdit pas de temps et rassembla les restes de l'organisation et l'intégra à la sienne. Ingénieux, retors, Boorka était seul maître à bord et comptait bien utiliser cette position.

Mais tout cela obéissait à un plan de moyen-long terme. Désormais, il fallait reprendre définitivement contrôle sur Tatooine au sens propre du terme.
A cette fin, Boorka était en pleine communication sécurisée avec les parrains de Nar Shadda, Saleucami et Nal Hutta qui étaient évidemment dans le coup puisqu'ils faisaient partie de ce même Cartel. Ils avaient des intérêts sur cette planète, des intérêts malmenés, on l'a vu.
Mais plus important, c'était pour eux une affaire de réputation : Tatooine ne devait pas être un exemple de la faiblesse des Cartels. Toutes ces variables furent à l'origine de ce plan. Le plus simple du monde : reprendre Tatooine aux Mandaloriens.

    - Yolikwa'bawa ulio voniba colika. Uvera xiza'moliko manw'ka : eneralo Tann polikawa' Tatooine Mando'ade obawit. Jilikowa ? fit le Hutt Boorka.
    Les trois Hutts répondirent en choeur :
    - Jolikawa'bonga, wang'apoliwa !
    Visiblement un consentement réfléchi avait été donné. Boorka hocha lentement son immense buste ; les hologrammes disparurent les uns après les autres.
    - Poli'kaa badi oka ? demanda Boorka à une femme portant une capuche.
    - Oui, mon maître vous soutiendra, comme nous l'avions convenu.



Au même moment, au QG des forces Mando'ade de Tatooine, la venue de Dax Oleysha rétablit un minimum de confiance et de cohésion. La garnison, ne recevant plus d'ordre depuis la disparition du Mandalore, avait désormais un chef.

Ce QG, nommé "Aranar" ; défense - était en réalité une forteresse composée de quelques patés de bâtiments réunis en plein centre-ville de Mos Eisley : la ville la plus stratégique à l’époque de l’invasion. La plus sécurisée à ce jour grâce aux patrouilles régulières. La périphérie, en revanche, restait dans les mains de ce lumpenprolétariat visiblement increvable : racketeurs, criminels...

Ukislan Gerk'sla était le Mandalorien en charge de la garnison sur Tatooine, de facto le pro-consul sur la planète, ou plus simplement al’verde : commandant.
Il avait reçu des instructions – les dernières – selon lesquelles il devait se mettre sous les ordres de Dax Oleysha, du moins pour la défense de la planète. Au QG, les chefs des brigades composant la force locale et les responsables des forces de police furent réunis sous la houlette de Gerksla qui allait brosser le tableau de la situation.


Gerk'sla, al'verde de Tatooine

Su cuy'gar, olarum at Tatooine, burc'y. Mar'e ! fit-il solennellement en Mando’ade.
- Je dois m’exprimer en basic, vous comprendrez. Quelques honorables burc’y ne comprennent pas encore notre langue. Pourtant, ils nous aident dans notre tâche de pacification de la planète.
Et il désigna de la main un Twi’lek et deux Humains, non-Mandaloriens, qui s’inclinèrent par modestie.
Visiblement on allait entrer dans le vif du sujet. Gerk'sla commença son exposé de la façon la plus synthétique possible.
- Tatooine, depuis que nous l’avons libérée est devenue un monde plus sécurisé, même si la situation est loin d'être idéale. En dehors des villes, nous ne contrôlons pas la planète physiquement, mais notre ascendant psychologique nous permet de la tenir.
- Certaines bourgades sont trop éloignées : notamment Mos Osnoe, dirigée par un Hutt – Boorka – avec lequel nous avons un accord solide jusqu’ici. La criminalité a diminué, nous avons connu après la fin de Jabba quelques conflits sporadiques dans les périphéries des trois Mos. D’après nos espions, Boorka semble être le nouveau parrain des différents groupes.
Il activa ensuite un diaporama. Apparurent alors les hologrammes des organisations : symbole, chef et quelques pourcentages (parts dans la drogue, le racket, les maisons clauses, l’alcool).

Avec son poignard, presque menaçant, il désigna sur le diaporama les points qu'il voulait expliciter.

    - Depuis la mort de Jabba, trois groupes semblent avoir la haute main :
    • La Volapo Corp – leur statut d’entreprise est une couverture de Polichinelle - détient des intérêts dans presque tous les établissements de débit de boisson dans les périphéries de Mos Eisley et Mos Espa. Réaliste, minimisant les risques, mais utilisant la violences quasi-systématiquement.
    • Le Ryloth Brootherhood, comme son nom peut le laisser deviner, est un gang de Twi’leks opérant principalement sur Mos Eisley. Essentiellement le racket et la sous-traitance. Très discret.
    • Le Syndicat de Brooka, le plus puissant. Brooka contrôle de facto Mos Osnoe où il a son QG, ses stocks. Il touche également des taxes sur toutes les autres organisations. Il détient la drogue, contrôle presque tous les astroports de Mos Espa, quelques astroports de la périphérie de Mos Eisley. Puissant et omnipotent.

C'était bien peu comme portrait d’une planète criminelle, Ger'sla devina la moue d'Oleysha et rajouta immédiatement :
- En dehors de ces organisations, quelques groupuscules opèrent en semi-indépendance, bien qu’ils doivent donner allégeance à l’une des trois organisations. Ils se comptent en dizaine.

Le diaporama holographique s’évapora, signe que le balayage de la situation générale était clos. Gerk’sla passa alors au particulier.

D’une façon qui aurait pu paraître anormale pour des aruetii mais banale pour un Mando’ade, le guerrier planta brusquement son arme blanche dans la table.
- Actuellement, Tatooine est beaucoup trop instable ! Les périphéries d’Eisley, Espa et même Osnoe sont très agitées. Des règlements de compte semblent recommencer, mais ils impliquent de plus en plus des citoyens qui en deviennent les dommages collatéraux. Nous comptons plus de pertes parmi les civils que dans les rangs des criminels. Cette situation est quasiment pré-insurrectionnelle.
- Nous avons du mal à rétablir la situation compte tenu de la faiblesse de nos effectifs. Quant à vos requêtes pour des renforts ont été partiellement exaucées : un bataillon de Mandaloriens - 500 Mandaloriens - viennent s’ajouter à nos forces locales, environ 200 hommes à l’origine.
La milice réunit des centaines d’homme armés mais inexpérimentés : ce sont surtout des volontaires parmi la population civile qui ont reçu une formation rudimentaire.
- En orbite, nous contrôlons une modeste station de défense avec quatre Keldabe en comptant le votre et deux vaisseaux d’assaut classe Jehavey'ir, obsolètes. Mais nos informations ne nous permettent pas de savoir si une attaque en orbite aura lieu. Nous ne disposons pas de senseurs pour prévenir une attaque, malheureusement.
A priori, Tatooine fut laissée pour compte et aucune instruction ou moyens ne venaient du centre – Mandalore.
- Nos espions nous parlent d’une attaque soudaine des Cartels, mais pour l’instant aucun mouvement de flotte depuis l’Hegemonie Hutt. Nous sommes dans le noir complet.
Le Mandalorien retira son casque.
- Bur’cy, la situation est donc la suivante. Qu’en pensez-vous ?
A ses mots, tous les Mandaloriens tournèrent la tête vers Dax Oleysha pour entendre ses remarques sinon un plan pour pacifier la zone et prévenir une attaque imminente sur Tatooine.

Un détail, les non-Mandaloriens étaient toujours dans la salle.

Comment Oleysha allait-il résoudre la situation ? Car de facto, c’est ce que les brigadiers attendaient ; frustrés de mauvaises communications avec Mandalore, une confusion y régnait semble-t-il. En tout cas, les Mandaloriens de Tatooine devaient se considérer à présent comme isolés.

Spoiler:
 

_________________

« Qui sait ce que l'avenir nous réserve ? »
Administrateur - Maître du Jeu
Revenir en haut Aller en bas
Dax Oleysha
Expert
avatar


Feuille de personnage
Crédits: 200

MessageSujet: Re: La revanche des Hutts    Dim 3 Jan 2016 - 18:46

Dax écouta attentivement le point sur la situation planétaire. Il avait quitté Tatooïne depuis moins d'une année et celle-ci était à présent bien différente de celle qu'il avait connu. Jabba le Hutt n'étant plus, les Mandaloriens abolirent l'esclavage et instaurèrent les préceptes de base de la culture mando. Malheureusement, en sous-effectifs, les mando'ade ne purent remplir tous leurs objectifs de pacification du système. Malgrés tout, Dax se dit que deux cent hommes seulement ont tenu en respect la population et les criminels de la planète durant une année entière. Cela force tout de même un certain respect. Le al'verde Gerk'sla avait fait du très bon travail avec ses moyens limités. Il sera sans aucun doute un élément précieux sur lequel Dax pourra s'appuyer quand les choses tourneront mal. Les deux hommes partagent d'ailleurs les mêmes coloris sur leurs beskar'gam (armure mandalorienne) respectives, montrant des valeurs communes. Cela facilitera leur collaboration.

Dax Oleysha s'était éloigné des situations de combat depuis son implication dans la prise de Tatooïne et l'élimination de Jabba le Hutt. La Mand'alor Vizsla l'avait gratifié du titre de "Bras Droit"pour ses faits d'armes, le plaçant au même rang que sa favorite Karelle Storm (PNJ d'Alexa Vizsla). Fier de ses nouvelles responsabilités, le jeune homme se rendit sur Coruscant pour pérenniser les accords passés avec la République sur Tatooïne peu après la mort de Jabba le Hutt. Sur place il eut l'opportunité de rencontrer le Maître Jedi Yoda et passa de nombreux moments avec le Sénateur corellien Linborn Caelian qui lui fit visiter les nombreux points d'intérêts de la ville-monde. Bien que de courte durée, ce voyage diplomatique au cœur de la capitale républicaine était tout un symbole pour le peuple mandalorien. Ennemis séculaires, les deux factions sont à présent capables d'entretenir des relations diplomatiques cordiales, à défaut d'être amicales. Mandalore retrouve ainsi une place sur l'échiquier galactique et avance ses pions pas-à-pas. Encore aujourd'hui, de nombreux mando'ade ne demandent qu'à faire rendre gorge aux Jedi et à la République pour le génocide perpétré il y a de cela plusieurs décennies, mais le moment n'est pas à la vengeance. Le temps est à grandir, à regagner le prestige et la reconnaissance du fier peuple mandalorien, même si pour cela, il leur faut faire ami-ami, ne serait-ce qu'un temps, avec les ennemis d'autrefois.

Suite à cette escapade diplomatique, Dax consacra le reste de son temps à préparer la prochaine manœuvre militaire mandalorienne : la prise du Consortium de Hapès. Quand la Mand'alor lui confia cette tâche, il était loin de se douter que ce serait la dernière fois qu'elle donnerait signe de vie. Il étudia avec professionnalisme la stratégie militaire, et se rendit en plusieurs occasions sur la ligne de front de la guerre entre la République et la Confédération des Systèmes Indépendants. Il ne s'agissait que de simples opérations commando dont l''intérêt était d'observer les tactiques et les armements, sans prendre part aux opérations. Les Mandaloriens tiennent toujours à la neutralité dans le conflit en cours.

C'est en rentrant sur Mandalore que le vide laissé par la Mand'alor se fit sentir. Personne pour constater la mort du leader et personne d'assez influent et respecté pour être désigné comme un chef capable d'unir tous les clans. La menace Hutt se faisant de plus en plus présente, Dax pu se rendre compte que la politique extérieure de la Mand'alor Vizsla était trop expansionniste, trop hâtive, trop ambitieuse. Trop de choses à gérer et pas assez de personnes pour s'en occuper. A première vue, il était déjà difficile de contrôler une planète désertique perdue dans la Bordure Extérieure, alors prendre le contrôle d'un consortium tout entier relevait de la folie. Dax décida de prendre les devants en s'attelant à Tatooïne. Le sort de la planète sera déterminant, aussi bien pour les Mandaloriens que les Hutts. Le vainqueur en sortira grandit et influent, le perdant se retrouvera affaibli. Mandalore ne peut se permettre de paraitre faible alors qu'elle cherche à se refaire un nom dans la galaxie. C'est avec cette pensée en tête que Dax va devoir rattraper les erreurs de la Mand'alor disparue.

Comme on le lui avait dit avant son départ, la situation de Tatooïne était bien préoccupante. L'état de droit n'y règne pas, ce qui constitue un problème majeur. A la fin de l'exposé de Gerk'sla, Dax fronça les sourcils sous son buy'ce (casque mandalorien). Tout le monde se tourna vers lui, dans l'attente d'une réaction. Le jeune homme prit une profonde respiration avant d'ôter son casque et de le poser avec soin sur la table, à côté du couteau qui y était planté.


- Il semblerait que nous ayons plus de problèmes que le simple fait d'avoir les Hutts au sheb (mot d'argot désignant le postérieur humain). Il va falloir s'attaquer aux problèmes de différentes façons.

Dax marqua une courte pause, le temps d'assembler ses idées pour les exposer clairement à ses lieutenants.

- Comme les Hutts n'ont toujours pas esquissé le moindre mouvement de troupes depuis leur zone d'influence, nous allons nous attaquer à la pacification de la zone. Quand les limaces débarqueront, il sera plus simple de nous battre si l'on ne risque pas de se faire planter un coutelas dans le dos par un soulèvement populaire pro-Hutts. Nos informateurs nous préviendront en temps et en heure quand la flotte Hutt appareillera, ce qui nous laissera un laps de temps court mais suffisant pour rejoindre nos postes de défense. Sur ce point, Gerk'sla, détachez nos meilleurs troupes du génie et la logistique pour établir des positions défensives. Si les barges de débarquement passent à travers nos vaisseaux en orbite, je veux les forcer à débarquer leurs troupes à l'extérieur des villes, à découvert. Cela devra ressembler à un stand de tir aux gdans (rongeur nuisible de la planète Qiilura) avant d'engager le combat de rue. Dressez des barrages dans les rues pour contenir les véhicules et l'infanterie ennemie sur les principaux axes de communication afin de les amener là où nous le voulons pour les détruire. Ne les laissons pas se faufiler dans les petites rues afin de minimiser nos pertes en combat rapproché. Procédez discrètement. Au besoin, amenez juste ce qu'il faut là où il faut pour tout monter en dernière minute quand nous recevrons le message d'alerte. Les indicateurs des Hutts ne doivent suspecter le fait que savons qu'une attaque se prépare. Concentrez ces efforts sur Esley et Espa, nous délaisserons volontairement Osnoe. Deux raisons à cela : nous ne contrôlons pas la ville et les hommes assignés à l'installation des défenses seront des cibles de luxe. Nous allons réserver un autre traitement au fief de Brooka.

Le Mandalorien marqua une autre pose, le temps de regarder tout le monde et de boire un verre d'eau. Il regrettait déjà d'avoir quitté la climatisation de son buy'ce.

- Ne pouvant pas faire grand chose d'autre en attendant l'attaque des Hutts, concentrons-nous aux fauteurs de troubles qui agissent en ce moment même sur Tatooïne. Vu la tournure des choses, il va nous falloir avoir recours à des méthodes de contre-insurrection. Gerk'sla, sachez que je ne critique pas votre travail, vous avez fait ce que vous avez pu avec les moyens que vous aviez ner'vod (camarade). Avec les renforts fraichement arrivés, nous allons pouvoir faire plus de choses.

Dax continua d'exposer ses idées en tournant autour de la table afin de pouvoir observer tout le monde.

- Première chose : le contrôle de l'information. Nous allons nous livrer à un peu de propagande sur le réseau HoloNet de la planète. Faisons passer un message simple : les Mandaloriens sont les gentils, les seuls capables de défendre les honnêtes gens de la menace représentée par les groupes criminels contrôlés par les Hutts et leur représentant Brooka. Invitez-les à dénoncer leurs voisins qui ont un comportement douteux à leurs yeux en précisant qu'en agissant de la sorte, ils se comportent en bon citoyen. Insistez sur les bonnes choses qui ont été mises en place depuis notre arrivée : diminution de la criminalité, abolition de l'esclavage, etc. C'est par le biais de l'HoloNet que nous allons annoncer le bienfondé des nouvelles mesures qui vont être prises, qu'elles agissent pour leur bien. Proposez même aux plus téméraires de rejoindre la milice en ayant montrant les visages de ceux qui ont rejoint il y a peu nos rangs. Montrez qu'en adoptant notre culture vous pourrez intégrer le grand et fier peuple mandalorien.

Nouvelle petite pause avant de poursuivre.

- Deuxième chose : l'instauration d'un couvre-feu. Les activités criminelles ont en général lieu la nuit. Nous pourrons donc faire passer le message que les personnes circulant hors de chez eux une fois la nuit tombée, et ce sans autorisation, se livrent de facto à des activités douteuses. De plus, cela diminue le nombre de témoins pour les arrestations que nous effectuerons suite aux dénonciations. En journée, les membres de la milice se relaieront pour patrouiller les différents secteurs de Mos Esley et Espa, avec quelques patrouilles mando également. N'hésitez pas à aller vers la population pour écouter leurs problèmes et répondre aux demandes, même si elles vous paraissent insignifiantes. Il faut gagner les cœurs et les esprits. Pour les personnes arrêtées, n'hésitez pas à recourir à l'intimidation et la force pour obtenir des informations. Eliminez également tous les aruetiise (ennemis) que vous démasquerez. Gerk'sla, vous trouverez des gens de chez nous disposant de grandes compétences en matière d'interrogatoire. Prévoyez un endroit discret pour faire cela.

Dax se servit un autre verre d'eau. La vitesse à laquelle la gorge se dessèche sous un tel climat est impressionnante. Parler longuement est un exercice difficile sur Tatooïne.

- Troisième et dernière chose : un blocus à l'échelle locale. Cela concerne en particulier Osnoe. Nous ne contrôlons pas la ville mais c'est le cas de Brooka. Une action punitive paraitrait un peu trop extrême pour la population. Nous n'avons pas d'intérêt à nous montrer trop agressif. Nous devons être dans la position de la victime qui ne fait que se défendre de l'agression des groupes criminels dont les Hutts tirent les ficelles. Nous allons les forcer à se mettre la population à dos. Pour y arriver, nous allons interdire l'accès aux astroports d'Osnoe à tous les vaisseaux. Nos croiseurs en orbite organiseront des patrouilles d'interception avec nos chasseurs. Ils interdiront tout accès à la ville par les airs et détruiront les convois terrestres non autorisés. Les vaisseaux en transit sur la planète seront redirigés vers les astroports dont nous avons le contrôle à Esley et Espa. Nous fermerons également les astroports ayant encore des affinités avec les Hutts dans ces deux villes. Tous les vaisseaux et leurs cargaisons seront fouillés par nos soins. De cette manière, les ressources de Brooka et de ses sbires vont se tarir. Affaiblissons l'ennemi pour mieux le vaincre quand la flotte Hutt viendra pour aider Brooka. Nous ferrons alors d'une pierre deux coups. Malheureusement, la population d'Osnoe passera de très mauvais moments quand Brooka et ses sbires manqueront de ressources. Nous nous arrangerons pour faire passer des armes et des vivres à nos sympathisants sur place pour y créer un mouvement de résistance qui leur mettra des bâtons dans les roues.

Dax s'arrêta de tourner autour de la table et ouvrir les bras.

- Bien ! Des questions ? Ah oui, j'oubliais. A l'attention de nos nouveaux membres. Gardez à l'esprit que devenir Mandalorien n'est pas une affaire d'opportunisme mal placé. Si j'apprends que les informations données durant cette réunion stratégique sont divulguées à l'ennemi, attendez vous à connaitre la colère des guerriers de l'ombre.

Il gratifia les nouveaux Mandaloriens d'un sourire carnassier avant de retourner dans ses pensées en attendant les éventuelles questions. Dax espérait que son plan marche sans accrocs. Il était important pour lui de réussir cette opération défensive par ses propres moyens. Le jeune homme dispose toujours d'un accord avec la République qui prévoit un soutien militaire de celle-ci en cas d'agression. Cependant, c'est un atout que Dax n'a pas envie de jouer pour le moment. Il y a un plus grand enjeux qui sera déterminé par l'issue de cet affrontement. Si les Mandaloriens en sortent victorieux, la position politique de Dax n'aura jamais été aussi grande. Le titre de Mand'alor pourra alors lui tendre les bras. Une aide républicaine pourrait être mal perçue par de nombreux mando'ade, mais c'est la politique de Vizsla qui les avait conduit là, pas celle de Dax. Si les événements se goupillent en sa faveur, il pourrait toujours faire comprendre au peuple que cette alliance n'est qu'une étape pour le renouveau de Mandalore.

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Avenir
Administrateur
avatar


Feuille de personnage
Crédits:

MessageSujet: Re: La revanche des Hutts    Dim 10 Jan 2016 - 22:38

Les participants à la réunion écoutèrent attentivement les dires du commandant Mandalorien. Ils étaient bluffés, à commencer par Gerk'sla en personne. En effet, Oleysha semblait être très familier avec les théories contre-insurrectionnelles telles qu'elles étaient enseignées dans les académies militaires du Noyau, et pratiquées sans aucun doute par la Grande Armée de la République.

Mais entre la théorie et la pratique, il y avait un fossé. Celui-ci s'expliquait tout d'abord par la faiblesse des effectifs et le manque de formation des Mandaloriens à l'exécution d'un travail de police. Ainsi, cela fit quelques remous au sein des chefs d'escouades chargées de maintenir l'ordre. Bon gré mal gré, certains avaient pris l'habitude de ce genre de corvées lors de l'occupation de Tatooine, notamment la garnison locale. Mais les renforts Mandaloriens - le fameux bataillon envoyé en renfort -, eux, n'étaient pas habitués au climat sociologique et géographique très particuliers de cette planète.

C'est pour ces raisons que Gerk'sla - en liaison constante avec Oleysha - choisit de diviser les effectifs.
Tout d'abord, les milices, qui n'ont évidemment aucune valeur combative, furent cloisonnées strictement à ce travail de police à l'intérieur des villes. Les Mandaloriens constituant la garnison locale, donc les plus expérimentés avec le milieu urbain, furent affectés selon les dispositions d'Oleysha : contrôle de l'information, installation d'un couvre-feu et blocus.
Les renforts furent constitués en brigades mobiles pouvant apporter rapidement leurs concours à une forte résistance. Pour Mos Espa et Mos Eisney, Gerk'sla et son état-major décidèrent d'affecter 200 hommes pour l'une et l'autre ville. Par défaut, 100 Mandaloriens de plus allaient à Mos Eisney, afin de sécuriser en priorité la principale ville, là où se trouvait le centre des communications et de la logistique : les stocks, les réseaux et les infrastructures vitales à toute occupation de facto. Le reste s'occupait du blocus et de la future bataille terrestre.

Tous s'activaient pour constituer des caches d'armes un peu partout dans les villes afin de se péparer à de sérieux combats de rue. Si Mos Eisney était plus facile à appréhender, le transport des armes et la constitution de stocks vers Mos Espa était plus compliqué. Et c'est là que les ennuis commencèrent véritablement.



Dans les banlieues de Mos Espa et Mos Eisney, l'inévitable arriva. Alors que le couvre-feu était de vigueur, des brigades Mandaloriennes patrouillaient dans les petites rues de Mos Espa. La nuit, la ville était faiblement éclairée. Parfois, quelques petites tempêtes avalaient par le sable les grandes avenues. Il y avait moyen d'y réchapper en se faufilant dans ces ruelles qui étaient également des coupes gorges.
Les petites boutiques permettaient de passer d'un quartier à l'autre, d'une rue parallèle à la suivante et ainsi de suite. Il n'en fallait pas plus pour utiliser la géographie des villes dans une perspective funeste.

Plusieurs sections composées de miliciens et encadrées par des Mandaloriens furent alertées par des indics que du grabuge se faisait du côté des quartiers de la périphérie au nord. Evidemment, toute violation du couvre-feu devait être réprimée. Mais les patrouilles préalablement isolées tombèrent dans plusieurs embuscades tendues par des tireurs.


L'utilisation des jets-packs par les Mandaloriens était risqué

Les combats furent violents et durèrent un bon moment dans la nuit. Au même moment, plusieurs provocations furent lancées dans le centre-ville impliquant toujours des embuscades afin de fixer les Mandaloriens dans des combats de rue où ils n'étaient pas toujours à leur avantage. Puis, des embuscades suivant le même mode opératoire éclatèrent à Mos Eisley même.

Heureusement, la valeur des combattants permit de tenir le centre-ville et organiser une flash-mob (une concentration à un point précis) de combattants. Mais dans les périphéries, c'était une toute autre affaire : l'éloignement du centre aidait les encerclements et l'isolement des patrouilles Mandalorienns entre elles.
C'est ce qui passa lors de l'embuscade suscitée. Les Mandaloriens parvinrent à résister dans l'attente des renforts. Alors que les miliciens tombaient, les combattants avaient du mal à se couvrir dans cet enfer urbain.
Les renforts chargés de briser l'encerclement furent eux-mêmes retardés par les hommes du milieu dans des combats acharnés mais heureusement éphémères pour les troupes - plus nombreuses - se dirigeant vers les périphéries des villes.

Cette fois, elles y trouvèrent des quartiers ravagés : la quasi-totalité des miliciens furent tués ou blessés, exactement 27 Mandaloriens périrent après avoir été acculés dans les pires conditions que pouvaient offrir un quartier où les mercenaires et criminels avaient verouillé les issues et les sorties.

L'heure était au bilan. La force combattante Mandalorienne n'était pas remise en cause, le problème n'était pas là. En effet, ces attaques avaient été trop bien organisées. Les tireurs connaissaient les formations et les protocoles d'engagement des escouades chargées de réagir face à des assauts. Surtout, des armes anti-aériennes furent utilisées afin de neutraliser l'avantage que le jet-pack procurait au Mandalorien, d'où le retard des renforts qui ne pouvaient donc pas se déplacer rapidement, sans parler des pertes faciles.

Le rapport pouvait affirmer premièrement que des informations au niveau des escouade paramilitaires civiles auraient pu fuiter. La paranoïa allait sans doute se répandre au sein des rangs Mandaloriens : des doutes sur la qualité combattante des forces paramilitaires, voire sur la loyauté même des autorités collaborant avec les Mandaloriens, bien connues depuis l'occupation pour avoir les pots-de-vin faciles...



Au QG, on savait bien qu'un évènement de ce genre pouvait se produire. Des pertes étaient à prévoir, comme toujours dans une guerre. Mais, il fallait admettre que la situation prenait un mauvais virage. Un tel revers eut évidemment un coup sur le moral des guerriers, toujours solide, mais aussi sur la population entière - plus volatile - qui était sensible à la terreur propagée par l'insécurité, la crainte du chaos mais aussi des mesures fortes ordonnées par les Mandaloriens : les arrestations, les contrôles et les fouilles bien entendu nécessaires.

Gerk'sla finissait déjà son bref exposé devant les chefs d'escouade exclusivement, certains d'entre eux avaient combattu la nuit dernière, et on sentait que la situation les frustrait profondément. Ils voulaient en découdre, et cette fois dans leur élément : la guerre ouverte.

    - Après l'embuscade, j'ai jugé bon d'annuler tous les préparatifs pour une future bataille avec les Hutts venant de l'extérieur et de changer l'organisation des patrouilles, vu qu'elle peut être connue par les Hutts. Nos services ont réussi à capturer quelques éléments intéressants, voici le rapport contenant également les observations sur l'état de la population.
    Il tendit le datapad à Oleysha (NDLR : voir spoiler)
    Le changement de l'organisation allait prendre du temps, ce qui allait favoriser les failles dans le système à court terme. Mais au moins, cette fois la défense Mandalorienne et sa structure seront suffisament opaques pour tenir le coup.
    - Il y aussi une chose, Boorka le Hutt souhaite entrer en communications avec nous.


Gerk'sla brancha la communication, la tête du Hutt apparut en hologramme. Ses paroles furent traduites par un droide protocolaire avec une voix particulièrement suave.

Boorka le Hutt
< < Salutations aux guerriers Mandaloriens de Tatooine. Vous me connaissez, je me nomme Boorka, modeste homme d'affaires s'occupant de fret sur Mos Osnoe.
Je tiens à présenter mes condoléances aux camarades des hommes morts hier soir, assassinés par de vulgaires voyous des bas-fonds. Sachez que je me tiens à votre disposition pour vous aider à rétablir la tranquillité sur Tatooine et éviter que le sang ne soit de nouveau versé.

Sur Mos Osnoe, nous avons appris que vous alliez restreindre le commerce et fermer les spatioports ; de grâce, méfiez-vous de ce que cela pourrait apporter par la suite. Beaucoup d'hommes d'affaires vont pâtir de cette situation alors qu’ils sont parfaitement étrangers au climat qui règne sur Tatooine.
Sur Mos Osnoe, nous ne pouvons tolérer les difficultés causées par le blocus, c’est pourquoi nos vaisseaux devront passer outre vos recommandations. Mais je suis persuadé que quelques vaisseaux transportant des marchandises nécessaires au fonctionnement de la ville ne seront pas casus belli. Je vous encourage à faire preuve de modération et d'accepter un partenariat compréhensif. Mes respects. Boorka le Hutt.
> >

Allez savoir quel était le sens pour un Hutt de mots comme "homme d’affaires" ou encore "partenariat compréhensif". Boorka faisait preuve de la plus magnifique hypocrisie. Mais après tout, le sang n’était pas sur ses mains, mais sur les tueurs de la Ryloth Brootherhood qui se servaient des caches de la VolapoCorp comme bases de fortune. Par dessus tout, Boorka comptait sur le fait que son empire criminel était soudé entre ces trois organisations, alors qu’il n’était qu’une question de temps pour que la population devienne négative à l’encontre des Mandaloriens. Pourvu que les petits commerçants qui tenaient les boutiques soient préservés, il n’en importait pas plus à cette classe importante de Tatooine, souvent mêlée aux intérêts criminels.

Si le crime ne pouvait être extirpé de Tatooine, peut-être faudrait-il composer avec lui ? Mais de quelle manière ? Et avec qui ?
Peut-être fallait-il aussi rapidement mettre en route la guerre de l’information et répondre coup par coup aux plus basses rumeurs qui commençaient à se répandre parmi la population : notamment l’installation d’un complexe de torture visant à enfermer tout opposant, même non-criminalisé.
Il fallait de même jouer au même jeu que Boorka. C’est sur le terrain criminel que l’initiative pouvait être reprise.

Spoiler:
 

_________________

« Qui sait ce que l'avenir nous réserve ? »
Administrateur - Maître du Jeu
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: La revanche des Hutts    

Revenir en haut Aller en bas
 
La revanche des Hutts
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: Le jeu :: RPG
 :: Bordure Extérieure :: Tatooine :: Mos Eisley
-
Sauter vers: